SAINT DU JOUR

Saint Maximilien-Marie Kolbe

↪ Prêtre, Frère mineur, Fondateur de la Milice de l’Immaculée, Martyr (1894-1941)
Maximilien Kolbe (de son prénom de Baptême : Raymond) naît le 8 Janvier 1894 à Zdunska Wola, pas très loin de Lodz, en Pologne, petite cité alors dépendante de la Russie des Tsars.
Il était le fils de Jules et Marie Dabrowska.
Doué d’un naturel vif, spontané et têtu, il lui arrivait souvent de mettre la patience de sa maman à l’épreuve.
À l’âge de dix ans, un jour qu’il s’adressait à sa Mère du Ciel après une nouvelle étourderie, la Vierge lui apparut et lui présenta deux couronnes, une blanche et une rouge, symbolisant la pureté et le martyre.
Comme elle l’invitait à choisir, sa générosité le poussa à choisir les deux. Dès ce moment, le privilégié de Marie prit cette généreuse décision :
« Je deviendrai meilleur de jour en jour. »
Et en effet, le petit Raymond ne fut plus le même.
L’élu de la Vierge rêvait déjà du martyre et en parlait avec effusion : Marie avait canalisé cette énergie bouillonnante.
Adolescent, il se sentit fasciné par l’idéal de Saint François d’Assise et à l’âge de treize ans, Raymond entre au Couvent St-François, à Lemberg, et y fait profession sous le nom de Maximilien-Marie. Il entra ainsi au petit séminaire des Franciscains conventuels (dits Cordeliers) de Léopoli.
En 1912, après le noviciat, il sort de Russie déguisé en paysan, poursuit ses études à l’université Grégorienne de Rome, au Collège International de l’ordre, pour y faire ses études ecclésiastiques.
En 1915, il fut diplômé en philosophie puis, en 1919, en théologie.
En 1917, alors que l’Europe est déchirée par la Première Guerre Mondiale, Maximilien songe à une grande œuvre au service de l’Immaculée pour l’avènement du Royaume du Christ et fonde la Milice de l’Immaculée qui constituera l’idée et l’œuvre maîtresse de toute sa vie.
Le soir du 16 octobre 1917, il fonde avec quelques compagnons la « Mission de l’Immaculée », qui a pour but la conversion et la sanctification de tous les hommes par l’offrande inconditionnelle à la Vierge Marie.
Les sept premiers Chevaliers d’avant-garde se consacrent à Marie Immaculée le 17 octobre 1917. Ces dévoués serviteurs de la Vierge affronteront tous les ennemis de Dieu et de l’Église, particulièrement les partisans de la franc-maçonnerie en Italie, en Pologne, et dans le monde entier.
Il est ordonné Prêtre en 1918 et, en 1919, une fois ses études ecclésiastiques terminées, il rentre en Pologne pour commencer à Cracovie un travail d’organisation et d’animation du mouvement de la « Mission de l’Immaculée ».
L’apostolat extérieur du Père Kolbe débute en Pologne, en janvier 1922, par la Fondation de la revue mensuelle intitulée : Le Chevalier de l’Immaculée, comme moyen de liaison entre les adhérents du mouvement
En 1927, encouragé par la progression importante du nombre de collaborateurs consacrés et de membres de la M.I., il transfère le centre d’édition à Niepokalanow, ou « Cité de l’Immaculée », près de Varsovie, qui accueillera plus de 700 Religieux. Ceux-ci se consacreront à évangéliser le monde grâce à l’utilisation des moyens de communication sociale.
En 1930, Saint Maximilien-Marie part implanter une seconde Cité de Marie au Japon, près de Nagasaki.
Il part avec quatre autres Frères pour le Japon, où il fonde « Mugenzai No Sono », ou « Jardin de l’Immaculée », dans la banlieue de Nagasaki et y imprime une revue mariale.
Cette « cité » restera intacte après l’explosion, en 1945, de la bombe atomique sur Nagasaki.
Deux ans plus tard, les Indes reçoivent le Missionnaire de la Vierge dont le labeur demeure apparemment infécond à cause de sa santé ruinée par la tuberculose.
En 1936, il est rappelé en Pologne où il doit reprendre la direction de sa première Cité, le Père Kolbe continue de se dépenser à la cause du règne de Marie avec un quart de poumon seulement.
Son action évangélisatrice embrasse tous les moyens d’apostolat : la parole, la diffusion de milliers de médailles miraculeuses, la presse, le cinéma, le théâtre, la radio, l’avion, etc. « Mais par-dessus tout, disait-il à ses Frères, le bon exemple, la Prière, la souffrance voulue par Amour, voilà l’action par excellence. Notre plus grande mission est de montrer dans la vie pratique ce que doit être le Chevalier de l’Immaculée. »
En 1936, il rentre donc en Pologne, appelé par la croissance de la Communauté Religieuse et l’expansion de l’activité éditoriale : onze publications, parmi lesquelles un quotidien de grande audience dans les classes populaires : il tire à 228.560 exemplaires, et le « Le Chevalier de l’Immaculée » à un million d’exemplaires.
La deuxième guerre mondiale le trouve à la tête de la plus importante organisation Catholique de publications dans toute la Pologne.
Le 1er Septembre 1939, la Seconde Guerre Mondiale éclate. Niepokalanow est bombardée et saccagée.
Les Religieux doivent l’abandonner. Les bâtiments sont utilisés comme lieu de premier accueil pour les réfugiés et les militaires
Avec une patience et une soumission aussi héroïque qu’admirable, Saint Maximilien-Marie Kolbe accepta l’entière destruction de son œuvre par les Nazis.
Le 17 Février 1941, le Père Kolbe est arrêté par la Gestapo et incarcéré dans la prison Pawiak de Varsovie.
Le 28 Mai de la même année, il est déporté au camp d’extermination d’Auschwitz, où on lui assigna le numéro 16670.
Condamné aux travaux forcés dans le camp de mort d’Auschwitz, il fut un rayon de soleil pour les prisonniers.
Fin Juillet, un prisonnier s’échappa. En guise de représailles, le commandant Fritsch décide de choisir dix compagnons du même bloc et les condamne injustement à mourir de faim et de soif dans le « souterrain de la mort ».
A la stupeur de tous les prisonniers et des nazis eux-mêmes, le Père Maximilien sort des rangs et s’offre pour remplacer l’un des condamnés, le jeune sergent polonais François Gajowniczek.
De cette manière inattendue et héroïque, le Père Maximilien descend avec les neuf autres prisonniers dans le « souterrain de la mort » où, les uns après les autres, les prisonniers meurent, consolés, assistés et bénis par un Saint.
Le 14 Août 1941, le Père Kolbe quitte sa demeure terrestre, pour la rencontre avec Dieu, suite à une injection d’acide phénique. Le jour suivant, son corps fut brûlé dans le four crématoire et ses cendres dispersées au vent.
En 1941, la veille de la Fête de l’Assomption le Saint mourut dans le bunker de la faim, après avoir offert sa vie pour sauver celle d’un père de famille condamné à mort. Ce père de famille survécut à la guerre.
Maximilien-Marie Kolbe a été Béatifié le 17 Octobre 1971 par le Pape Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978) et élevé à la gloire des autels le 10 Octobre 1982 par le Saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005).
Voici, glanée dans ses écrits spirituels, sa recette de sainteté : « v égale V. C’est la formule qu’il donne et explique longuement. En peu de mots, elle signifie : « Si je veux ce que Dieu veut, je serai un Saint. »
Tiré de la notice biographique sur une image de Saint Maximilien-Marie Kolbe, aux éditions Magnificat.
— Consécration de saint Maximilien Kolbe, apôtre de l’Immaculée
Saint Maximilien Kolbe a confié toute sa vie à l’Immaculée Conception, pour qui il avait eu dès son enfance un amour plein de feu. Il est pour nous un modèle d’apôtre et de missionnaire de Marie.
— PRIÈRE DE SAINT MAXIMILIEN KOLBE
🙏Daigne recevoir ma louange, Ô Vierge bénie.
Immaculée Conception,
Reine du ciel et de la terre,
refuge des pécheurs et Mère très aimante,
à qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la Miséricorde,
me voici à tes pieds, moi, pauvre pécheur.
Je te supplie, accepte mon être tout entier comme ton bien et ta propriété ;
agis en moi selon ta volonté, en mon âme et mon corps, en ma vie et ma mort et mon éternité.
Dispose avant tout de moi comme tu le désires,
pour que se réalise enfin ce qui est dit de toi : « La Femme écrasera la tête du serpent »
et aussi : « Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier « .
Qu’en tes mains immaculées, si riches de miséricorde,
je devienne un instrument de ton amour,
capable de ranimer et d’épanouir pleinement tant d’âmes tièdes ou égarées.
Ainsi s’étendra sans fin le Règne du Cœur divin de Jésus.
Vraiment, ta seule présence attire les grâces qui convertissent et sanctifient les âmes,
puisque la Grâce jaillit du Cœur divin de Jésus sur nous tous,
en passant par tes mains maternelles.
Amen.🙏
— MAXIMILIEN KOLBE, APÔTRE DE L’IMMACULÉE
Après une révélation de la Sainte Vierge dans son oratoire alors qu’il était âgé de 12 ans, et qui lui propose deux couronnes, une blanche et une rouge, qu’il choisit toutes les deux, comme choix de la pureté et du martyre, Raymond Kolbe entre très jeune dans l’ordre des frères mineurs conventuels et prend le nom de Frère Maximilien-Marie. Il fonde alors la « Milice de l’Immaculée », mouvement missionnaire pour les classes moyennes rurales et ouvrières de Pologne.
En 1922, Maximilien Kolbe se lance dans un immense projet près de Varsovie : la “Cité de l’Immaculée”, Niepokalanów, couvent qui devient un centre d’évangélisation et de communication par les médias, où sont notamment imprimés le journal qui devient rapidement un des plus gros tirages de Pologne : « le Chevalier de l’Immaculée ».
Cette petite ville consacrée à Marie devient un centre de renaissance spirituelle et religieuse où vivront plus de 800 frères.
Maximilien Kolbe part en 1930 comme missionnaire au Japon, installe une imprimerie près de Nagazaki où en quelques semaines paraît une première édition en japonais du Chevalier de l’Immaculée, dans une langue qu’il ne connaissait pas auparavant.
Revenu en Pologne, il est arrêté peu après l’invasion allemande et déporté en 1941, au camp de concentration d’Auschwitz I.
En raison de la fuite d’un prisonnier, 10 d’entre eux sont sélectionnés en représailles pour mourir de faim dans une cellule minuscule, dont un père de famille. Maximilien qui ne fait pas partie des sélectionnés sort des rangs : « Je suis prêtre catholique et j’offre ma vie à la place de cet homme ».
On entend chanter des cantiques dans leur cellule et le 14 août 1941, il le laisse injecter une piqûre mortelle : le bourreau lui aurait bandé les yeux pour ne pas supporter l’ardeur de charité de son regard.
Jean-Paul II le canonise le 10 octobre 1982 en présence du père de famille qu’il avait sauvé.
— MARTYROLOGE ROMAIN
Que notre amour se manifeste particulièrement quand il s’agit d’accomplir des choses qui ne nous sont pas agréables. Pour progresser dans l’amour de Dieu, en effet, nous ne connaissons pas de livre plus beau et plus vrai que Jésus-Christ crucifié.
– Saint Maximilien Kolbe – Lettre à un ami –

🙏Saint Maximilien-Marie, priez pour nous🙏
🙏🌹Ô Vierge bénie. Immaculée Conception, Reine du ciel et de la terre, refuge des pécheurs et Mère très aimante🌹priez pour nous !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*